INSTITUT DE RECHERCHE AGRICOLE POUR LE DEVELOPPEMENT
Un outil privilégié pour le développement agricole et rural du Cameroun

Historique

L’Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD) est un établissement public administratif doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Il est placé sous la double tutelle technique du Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MINRESI) et financière du Ministère des finances. Il est régi par un Conseil d’administratif, une Direction Générale, d’organes consultatifs et de structures opérationnelles de recherche.

Les principales étapes de l'histoire de la recherche agricole camerounaise

LA PERIODE COLONIALE : UNE FOULTITUDE D’INSTITUTS FRANÇAIS

Vers 1889 : Début des recherches agricoles par la colonisation allemande avec des jardins d’essais à Edéa, Akonolinga et Victoria (actuellement Limbé).

Après 1945 : Création successive de stations de recherche à Dschang (1925) sur le café Arabica et le quinquina, à Wakwa/Ngaoundéré (1930) sur les productions animales, à Bambui (1933) sur les cultures vivrières, à Ebolowa (1938) sur le café Robusta et les cultures vivrières, à Nkonsamgba, sur les sols à Djarengol-Maroua sur l’arachide et la traction animale, etc.

En 1944, l’Institut Français des Fruits et Agrumes Coloniaux (IFAC, devenu ensuite IRFA) crée une station de recherche sur les fruits à Nyombé ;

En 1948, l’Institut de Recherches pour les Huiles et Oléagineux (IRHO) met en place une station sur le palmier à huile et le cocotier à La Dibamba;

En 1949, l’Office de Recherche Scientifique d’Outre-mer (ORSOM, futur ORSTOM devenu IRD) fonde à Yaoundé l’Institut de Recherches Scientifiques du Cameroun (IRCAM), couvrant plusieurs disciplines

(Pédologie, entomologie vétérinaire et médicale, géographie…) ;

En 1951, dans le Cameroun anglophone, l’administration britannique et la « Cameroon Development Corporation (CDC) » créent respectivement « l’Agricultural experimental farm » de Barombi-Kang et le centre d’Ekona en 1954 avec un accent initial sur le café Robusta, plus tard sur les vergers, l’huile de palme et l’ingénierie agricole.

En 1954, la CDC initie la recherche à Ekona sur la banane, le cacaoyer et l’huile de palme avec un accent sur la génétique, l’agronomie et la protection des plantes.

En 1955, l’Institut d’Elevage et de Médecine Vétérinaire des pays tropicaux (IEMVT) s’installe à Wakwa ;

En 1958, l’ORSTOM reprend les activités de la SECAM et de l’antenne locale de l’Institut français d’Afrique Noire (IFAN, basé à Dakar au Sénégal) de Douala ouverte en 1944.

Deux ans avant l’indépendance, l’Arrêté n°2586 du 11 août 1958 paru au Journal Offi ciel du Cameroun (J.O.C) N°1261 du 3 septembre 1958 de l’Etat sous tutelle du Cameroun transfère les attributions de ces organismes à l’IRCAM et au Ministère de l’Education Nationale afi n de regrouper dans une même structure les organismes de recherche scientifique dispersés (IFAN, IRCAM, ORSTOM).

 

 APRES L'INDEPENDANCE ET LA REUNIFICATION 

 

DE 1960 A 1974 :LA PREDOMINANCE DES INSTITUTS FRANÇAIS A L’ONAREST, PUIS LE NARC ET L’IRAD

1962: Création du Conseil de la Recherche Scientifique et Appliquée1, placé sous la présidence du Vice-Président de la République Fédérale

1963: Arrivée de plusieurs instituts de recherche français, notamment, l’Institut de Recherches sur le Coton et les Textiles (IRCT) installé à Maroua, l’Institut de Recherches en Agronomie tropicale (IRAT) pour les cultures vivrières, l’Institut Français sur le Café, le Cacao et les Plantes stimulantes (IFCC) qui reprend les stations de Nkolbisson et de Nkoemvone sur le café et le cacao,

1964: Création du Centre Technique Forestier Tropical (CTFT) à Bertoua

1965: Création de l’Office National de la Recherche Scientifique et Technique (ONAREST)

1967: Intensification des activités de recherche sur l’huile de palme, la banane, l’hévéa et les plantes stimulantes (thé, café, cacao) avec l’assistance technique des instituts français (IRHO, IFAC, IRCA, IFCC)

1972: L’Etat du Cameroun nationalise l’Unité de recherche de la CDC avec la création de la toute première structure nationale de recherche agricole «La National Agricultural Research Centre (NARC)» à Ekona avec transfert de compétence en matière de recherche agronomique sur toutes les structures de l’ex-IRCAM.

1974: Opérationnalisation de l’ONAREST avec neuf instituts sous tutelle dont quatre s’occupent de la recherche agronomique et zootechnique : ICP (Institut des Cultures Pérennes), ICVT (Institut des Cultures Vivrières et Textiles), IRFP (Institut de Recherches Forestières et Piscicoles), IZPV (Institut de Recherches Zootechniques, Pastorales et Vétérinaires).

 

De 1974 à nos jours : de l’ONAREST à divers départements ministériels en charge de la recherche scientifique et technique à l’IRAD

 

1976: Regroupement des instituts en charge de la recherche agronomique et zootechnique en deux : IRAF (Institut de recherche agricole et forestière) dont le siège est à Ekona et composé de quatre Centres spécialisés de recherche : Ekona (Cultures Pérennes), Njombé (cultures vivrières), Douala (Recherche Forestière), Maroua (Cultures textiles et vivrières) et une douzaine de stations; et IRZ (Institut de Recherche Zootechnique) dont le siège est à Ngaoundéré et qui disposait d’un seul Centre à Wakwa et d’une seule station à Bambui.

1979: Création de la Délégation Générale de la Recherche Scientifique et Technique (DGRST2), en remplacement de l’ONAREST. L’IRAF devient IRA et comprend 5 Centres de Recherche répartis comme suit : 5 centres de recherche agricole (CRA) à Maroua, Nkolbisson et Ekona, un Centre National des Sols (CNS), un Centre de Recherches Forestières (CRF) à Nkolbisson, et sept stations. L’IRZ étend son dispositif à deux Centres de recherche zootechniques (Wakwa et Bambui) avec sept stations.

1992: IRZ devient l’Institut de Recherche Zootechnique et Vétérinaire IRZV.

1996: CREATION DE L’INSTITUT DE RECHERCHE AGRICOLE POUR LE DEVELOPPEMENT (IRAD) à la suite de la fusion de l’IRA et de l’IRZV

 

2005 : 1er Contrat-plan de l’IRAD signé avec le Gouvernement de la république

2008-2011 :1er  Plan stratégique de l’IRAD

2013 : 2e Contrat-plan de l’IRAD signé avec le Gouvernement de la république

2013-2018 : 2e Plan stratégique de l’IRAD

Terme: